top of page
Classe de maternelle
D'où vient Ma place au travail?

Ma place au travail est un mouvement spontané et non partisan qui a émergé sur les réseaux sociaux en mars 2021 en réponse à la pénurie de places en garderie au Québec. 

 

Le nom provient du mot-clic #maplaceautravail, né d’un cri du cœur d’une maman de Cacouna inquiète de ne pas pouvoir terminer ses études universitaires et entrer sur le marché du travail faute d’une place en garderie pour son poupon au terme de son congé de maternité. Ses préoccupations ont rapidement trouvé écho auprès de milliers de parents, qui se sont regroupés virtuellement.

 

Maintenant devenu OBNL, Ma place au travail vise à faire connaître les difficultés bien réelles que les familles rencontrent dans leurs recherches d’un milieu de garde, et ce, tous types de milieux confondus. Il souhaite exposer les importantes répercussions de cette pénurie sur la vie personnelle, professionnelle et financière des parents. 

En 2023, Ma place au travail compte plus de 30 000 abonné.e.s, des centaines d'entrevues sur diverses plateformes et mot clic utilisé à plus de 5000 reprises. C'est également le fruit du travail et de l'implication de plus d'une centaine de parents mobilisés aux quatre coins du Québec. 

NOTRE MISSION
Sans titre (9).png

Agir auprès des instances gouvernementales et acteurs concernés afin que tous les enfants d’âge préscolaire aient droit à une place de qualité subventionnée en services de garde éducatifs à l’enfance.

IMG_20210401_160403.jpg

AXES
D'ACTION

  • Outiller et informer les parents

  • Représenter les intérêts des familles auprès des instances politiques

  • Mobiliser la communauté

  • Collaborer avec les acteurs du milieu

  • Être une référence sur la question de la pénurie de places en garderies et ses impacts

NOTRE VISION

Ma place au travail souhaite contribuer à un réseau de services de garde éducatifs à l’enfance inclusif, accessible, abordable et de qualité.

 

Plus concrètement, Ma place au travail souhaite participer à:

 

  • Un Québec qui positionne la famille au sein de ses projets de société

 

  • Un réseau de services de garde inclusif et accessible à tous

 

  • Offrir des lieux d’échanges et de réseautage, où les parents auront accès à diverses ressources pour s’informer et se mobiliser

 

  • Éduquer les parents sur leur pouvoir d’agir en tant que citoyens

  • Offrir du soutien aux personnes morales qui entreprennent des actions en lien avec notre mission

L'ÉGALITÉ DES CHANCES

 

Nous croyons que chaque enfant devrait pouvoir avoir une place en milieu de garde, malgré son choix de religion, son sexe et ses caractéristiques physiques, comportementales ou intellectuelles.

L'AUTONOMISATION

 

Nous reconnaissons la force et le potentiel de chacun de nos membres et nous favorisons une approche les menant à se responsabiliser et à se dépasser.

NOS VALEURS

L'INCLUSION

 

Nous appuyons, reconnaissons et valorisons la diversité des membres au sein de notre organisme.

L'ÉGALITÉ DES SEXES

 

Nous considérons que les hommes et les femmes devraient tous deux pouvoir s’épanouir professionnellement s’ils le désirent.

LA DÉMOCRATIE

 

Nous considérons qu’en tant que citoyens, nous avons un pouvoir d’agir et nous croyons que l’éducation à la citoyenneté est un vecteur de changement.

LA COLLABORATION

 

Nous croyons qu’en agissant de pair avec les milieux politiques, municipaux et communautaires, nous pourrons générer des changements de société importants.

NOS EMPLOYÉES

IMG_6267-1024x1024.jpg
Photo MDion.jpg

Marjorie Peyric
Coordinatrice aux communications et à la mobilisation

Marylin Dion

Responsable des affaires publiques

NOTRE CONSEIL D'ADMINISTRATION

0F9A7099-Modifier.jpg

Oriane - Présidente

Maman, CPA et professeure de comptabilité à l’université, je suis passionnée par ma carrière en enseignement et en recherche. Dans mon travail autant que dans ma vie personnelle, les questions entourant l’égalité entre les hommes et les femmes, et notamment l’égalité économique, m’interpellent. Déformation professionnelle oblige, je porte une attention particulière aux chiffres et à leur évolution. Au Québec, les femmes sont toujours moins présentes et représentées sur le marché du travail, et leur situation à cet égard s’est détériorée de façon disproportionnelle par rapport à celle des hommes durant la pandémie. L’accessibilité des services de garde d’enfants est un des éléments importants pouvant favoriser ou nuire à la capacité des femmes à intégrer et demeurer sur le marché du travail, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur leurs enfants et leurs familles. Je crois que les progrès des dernières décennies ne doivent pas occulter le chemin qu’il reste à parcourir et j’ai donc décidé de rejoindre MPAT afin de contribuer à aider les parents faisant face au manque de places en garderie et afin que ce sujet demeure une priorité.

IMG_7206.JPG

Alexie - Vice-présidente

J’ai toujours eu un esprit militant. La dernière fois que je me suis sentie autant investie dans une cause politique, c’est lors du printemps érable. Le recul pour les femmes créé par cette situation est épeurant. Je suis donc touchée par cet organisme en tant que femme, mais je suis aussi devenue maman pour la première fois cette année. Cette cause me révolte autant qu’elle me tient à coeur. J’ai choisi de m’investir parce que je sens que notre implication peut faire bouger les choses auprès des instances gouvernementales. Je me sens aussi personnellement impliquée puisque je n’ai toujours pas de place en garderie pour mon bébé. Je trouve inconcevable de me dire que la société puisse m’abandonner dans mon désir de retourner travailler, alors que la pénurie en enseignement est frappante, en n’offrant pas de place à mon enfant.

Photo EGagné-Loranger.jpg

Émilie - Secrétaire

Je suis heureuse de m’impliquer auprès de Ma place au travail, car je pense que chaque famille qui le souhaite devrait avoir accès à une place en garderie de qualité et abordable. Cet enjeu très actuel a plusieurs effets collatéraux qui nous touchent tous, parents ou pas. Que ce soit le recul pour l’égalité des sexes, car les femmes sont statistiquement plus touchées par le manque de places en garderie. Que ce soit la pénurie de main d’oeuvre, aggravée par le fait qu’un grand nombre de parents qui le souhaitent ne peuvent pas retourner au travail ou encore la condition des familles et des enfants, qui représentent l’avenir de notre société. C’est pourquoi je trouve essentiel de prendre action et de participer à faire changer les choses.

Brophoto2023-PortraitsOptimaAero-59141v2.jpg

Anouk - Trésorière

Avant d’avoir des enfants, j’aurais dit que j’étais une CPA accomplie et carriériste qui donnait son maximum pour réussir. Aujourd’hui, mère de jumeaux, je peux dire que je suis encore aussi dévouée qu’avant dans mon travail, juste pas mal plus fatiguée! Blague à part, je dis souvent que la chose la plus difficile à faire pour moi est d’être aussi bonne et présente dans mon rôle de mère que dans mon rôle de vice-présidente finance. Accomplir cela sans l’assurance d’avoir des places en garderie, ce n’est simplement pas faisable. Aucun parent ne devrait avoir à craindre pour sa sécurité financière à cause du manque de places en garderie ou prendre la décision déchirante d’envoyer son enfant dans une garderie en deçà des standards de qualité pour pouvoir retourner travailler. Je connais trop de mères qui vivent cette situation pour ne pas essayer de faire bouger les choses; c’est pour cette raison que j’ai décidé de me joindre au conseil d’administration de Ma place au travail.

Photo CLaramée.jpg

Charlotte - Administratrice

Je suis une personne passionnée qui souhaite avoir un impact en contribuant à une société plus juste et équitable, et ce au point d’avoir réorienté ma carrière pour agir en faveur de l’équité, de la diversité et de l’inclusion dans le monde du travail.

Rejoindre Ma place au travail, c’est contribuer à cette mission, en soutenant une cause qui vise l’émancipation des femmes et l’épanouissement émotionnel et financier des familles. Il est important que les « normes » évoluent pour laisser la place à une plus grande justice sociale. C’est grâce à la sensibilisation et la mobilisation insufflées par des OBNL comme Ma place au travail, que nous pourrons faire une différence, ensemble.

20210601_202939-01~2.jpeg

Christine - Administratrice

Être membre du conseil d'administration de Ma place au travail est un privilège pour moi. J'avais un profond désir de m'impliquer dans un mouvement où l'on dénonce les inégalités sociales. La pénurie de place en garderie impacte majoritairement la place de la femme au travail. Ce mouvement social fait écho partout au Québec. Si mon temps et mon énergie peut aider à faire semer du beau pour toutes celles et ceux qui vivent les impacts directs alors j'en serai grandie. Je crois profondément que tous les milieux de garde devraient être fleurissants pour tous nos minis. Sans limites, jamais.

Mot de l'instigatrice

271818049_1064475614394113_7277098959448112595_n.jpg

Salut! Moi c’est Myriam - alias maman ourse ou la madame de Cacouna - qui a décidé de lancer le mot-clic #maplaceautravail en mars dernier. Je n’avais aucune idée alors que je deviendrais porte-parole et instigatrice d’un mouvement national qui deviendrait un OBNL. Je suis aussi la maman de Jules, 14 mois, et une étudiante au doctorat en psychologie. Si je m’implique, c’est avant tout pour l’égalité des chances chez nos tout-petits, mais aussi pour l’égalité des sexes. Un réseau de services de garde équitable et de qualité, c’est la clef pour que toutes les mamans qui le désirent aient leur place sur le marché du travail et dans la société en général.

Confidentialité et protection
des renseignements personnels

La direction générale, Marilou Fuller, est responsable de la protection des renseignements personnels.

Toutes questions portant sur le contenu de notre politique peuvent lui être adressée par courriel à marilou@maplaceautravail.org

PRINCIPES GÉNÉRAUX

Dans le respect de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, Ma place au travail met tout en œuvre pour évaluer ou prévenir les risques d’incident de confidentialité.

 

DÉFINITION – INCIDENT DE CONFIDENTIALITÉ

Accès non autorisé par la loi à un renseignement personnel, à son utilisation ou à sa communication, de même que sa perte ou toute autre forme d’atteinte à sa protection.

 

ÉVALUATION DU PRÉJUDICE

Lors d’un incident de confidentialité, Ma place au travail doit évaluer s’il en découle un risque qu’un préjudice soit causé à une personne dont un renseignement personnel est concerné. Elle doit alors considérer plusieurs facteurs, dont :

  • La sensibilité des renseignements personnels, tels un renseignement financier ou un renseignement d’identité;

  • Les conséquences appréhendées de l’utilisation de ces renseignements, comme un vol d’identité, une fraude financière, ou une atteinte importante à la vie privée;

  • La probabilité que ces renseignements puissent être utilisés à des fins préjudiciables.

 

Un préjudice sérieux correspond à un acte ou à un événement susceptible de porter atteinte à la personne concernée ou à ses biens et de nuire à ses intérêts de manière non négligeable.

  Il peut conduire, par exemple :

  • À l’humiliation;

  • À une atteinte à la réputation;

  • À une perte financière;

  • À un vol d’identité;

  • À des conséquences négatives sur un dossier de crédit;

  • À une perte d’emploi.

Code d'éthique

La plupart des principes énoncés du Code d'éthique relèvent du simple bon sens ou encore, font appel au sens de la justice, de l'honnêteté et de l'intégrité. S'il est facile d'éviter une situation manifestement conflictuelle, il existe certains cas limites où, en toute bonne foi, on peut hésiter sur la conduite à suivre.

Par ce document, Ma place au travail souhaite aider toutes les employées, bénévoles et les administratrices du conseil d'administration à orienter leurs actions.
 

bottom of page